RESTAURATION ET CONSERVATION DE SCULPTURES
saving the past for the future...
 

EXPERTISE

Cliquez pour plus d'infos...

 

RESTAURATION DE PIERRE

Pour le traitement d’objets d’arts ou de monuments en pierre, différents travaux sont effectués. Entre autres le nettoyage et la consolidation du support pulvérisé (en pierre), la fixation de l’écaillage de la pierre, la fixation de soulèvements dans la polychromie, l’injection de fissures dans le support, la réparation des joints, la réfixation de la construction, le bouchage de lacunes et la récomposition de parties de la sculpture.

Le patrimoine immobilier peut être endommagé dû au vandalisme et à des catastrophes naturelles, causant ainsi la perte d’éléments de ce premier. La recomposition (ou restitution), et le bouchage de lacunes sont alors réalisés soit à l’aide d’un mortier de réparation soit à l’aide d’une pièce en pierre faite sur mesure. Dans le deuxième cas on parle d’une technique de restauration solide. La pierre est taillée de façon traditionnelle avec un marteau, un burin et une croix de mise au point.

La recomposition se fait à partir d’un exemple original ou d’un modelé, celui-ci au départ de comparaisons ou de vieilles photos. Le remplacement n’en reste pas moins une mesure exceptionnelle. La pierre originale est en effet unique, porteuse de forme, de finition ainsi que de valeurs immatérielles et de traditions. Les traces d’usures ou d’usage n’incarnent que l’histoire et l’âge de l’objet.

CONSERVATION DE SCULPTURES

La conservation est le traitement choisi beaucoup de fois pour objets muséologiques. Entre autres des interventions comme le nettoyage et consolidation du support pulvérisé (en pierre), la fixation des écailles en pierre détachées ou la fixation de soulèvements dans la polychromie ont pour but d’assurer la conservation de l’objet et de prolonger la durée de vie.

RESTAURATION PEINTURES MURALES

Les questions de conservation comme la consolidation et le refixage des couches de mortiers ou peintures viennent en premier, en prenant en compte la préservation au maximum des éléments de valeur. Dans les cas urgents, des mesures immédiates de refixages peuvent être réalisées en attendant les traitements proprement dit, pour ainsi prévenir davantage de pertes matérielles.

Les traitements de restauration regroupent des interventions comme le bouchage de lacunes dans les couches de mortier et de peinture, le nettoyage, le dévernissage, l’application de retouches ou de reconstitutions à la couche picturale.

Des peintures murales qui ont été recouvertes au fil des années peuvent à de nouveau être rendues visibles grâce à un dégagement. Ceci peut se faire mécaniquement à l’aide d’un scalpel, par exemple, et/ou chimiquement, à l’aide de solvants.

RESTAURATION D’OEUVRES EN STUC-ET STAFF

Les lacunes dans des plafonds et murs ornés de stuc ou de staff sont comblées avec des ornements et des cadres parfois modelés, parfois moulés, à partir des originaux. Les cadres sont tirés sur place ou en atelier, aussi bien à base de plâtre que de chaux.

EXAMEN STRATIGRAPHIQUE

Un examen stratigraphique est mené pour objets d’art, monuments et intérieurs pourvus de couches de finition. Cet examen fait partie de l’enquête préparatoire et a pour but de connaître la finition poly-ou monochrome originelle et de savoir quelles finitions ont été rajoutées et dans quel état les couches picturales se trouvent.

L’enquête des couches de finition se fait en observant les lacunes dans les couches de finition ou dans le paquet des couches picturales et guidé par des fenêtres stratigraphiques. Pour obtenir une fenêtre stratigraphique on visualise graduellement ca. 0,5cm² (pour sculptures) jusqu’à 10cm² (murs) de chaque intervention avec un scalpel, tant les couches de finition comme les couches inférieures. Les observations et la visualisation des fenêtres stratigraphiques sont effectuées à l’aide de lunettes loupe ou d’un microscope. Quelques échantillons du paquet des couches picturales sont enchâssés dans une résine et polis pour être agrandis sous un microscope.

Toutes les observations et fenêtres stratigraphiques sont numérotées, décrites et traduites dans une table. L’emplacement de toutes les observations est indiqué sur un dessin d’ensemble. Cette table contient l’aspect, l’identification de la couleur en se servant du code NCS et l’état de conservation des finitions différentes. Cette table est établie selon l’ordre des interventions (l’original, 1e recouverture de peinture, 2e recouverture de peinture,...). Les résultats des observations et des analyses sont évalués et interprétés. Les conclusions sur la composition des couleurs sont présentées visuellement par intervention.

ENQUÊTES PRÉLIMINAIRES

Avant de traiter un objet, nous effectuons un enquête préliminaire qui examine les contextes historique et technique. En ce qui concerne l’aspect technique, nous analysons les techniques et matériaux utilisés au départ et ce qui a été ajouté rétrospectivement. On étudie également l’état de conservation de l’objet.

Ensuite nous nous faisons une idée du traitement en déterminant le but et la motivation de l’intervention. L’ensemble mène à une proposition de traitement. Les recherches préliminaires et la description du traitement exécuté constituent le rapport de traitement.

L’exécution de ces recherches forme parfois une tâche à part, par exemple, dans le but de rédiger un constat d’état ainsi qu’une proposition de traitement, pour un cahier des charges.